Développé avec Berta.me

  1. Toucher aux limites a été réalisé auprès de personnes rencontrées dans la rue ou à travers leur lieu de confinement, durant la période du 24 avril au 5 mai 2020 dans le Pays de Lorient. 

    Durant ces dix jours, j’ai mené un travail de rue à la chambre photographique sur plaques de gélatino bromure, et pris le temps avec chaque personne rencontrée d’un entretien sur le confinement vécu.

    Une attention sur le masque, résumant le corps à un regard, mais aussi une forme de bâillon dans cette période d’injonction.

    L’intérêt également de photographier les personnes à travers leur lieu de confinement, et ce lieu vu en tant que marqueur social.

    En tout, ce sont 65 portraits associés à un entretien autour de 5 questions ouvertes, sur le changement dans le quotidien, la découverte de soi et la représentation des autres, les craintes et espoirs du déconfinement. De ces simples questions ressort une diversité incroyable, ni triste ni joyeuse, faite d’espoir, d’attente, de retour sur soi, de soumission à la règle ou de recherche de failles. Des prises de conscience que ce rythme doit être celui que nous devons conserver pour nous, ou des souhaits que tout reparte comme avant. Des colères. Des espoirs de décroissance, de ralentissement et de prise de conscience écologique, souvent d’avance bridé par l’imagination d’une société qui ne va pas se remettre en question même après çà. Des thèses complotistes et de la punition divine aussi.

    Un moment exceptionnel pour échanger et faire un point sur ce qu’on vit.

    Toucher aux limites est simplement une des étymologies de Confiner

  2. Un diaporama de 30 minutes autour des entretiens et d'une musique originale composée et interprêtée par Vincent Raude est consultable sur Kub : https://www.kubweb.media/page/toucher-aux-limites-confinement-nicolas-hergoualch-photographie/